VISUALIZE, CREATE, WEAR, IMPACT

5 mars 2021

Sandrine Coulibaly, l’instant beauté qui soigne

Découvrez votre style

Découvrez votre style

Sandrine Coulibaly, infirmière diplômée d’État, maquilleuse et coiffeuse. Elle est la fondatrice de Elle Care, « L’instant beauté qui soigne »,  l’entreprise qui rend dignité et confiance aux femmes atteintes de cancer à leur sortie d’hôpital. Sandrine est également la maman de trois garçons dont elle est très fière. Son mot d’ordre « Pour réussir, il faut s’organiser »

Comment as-tu eu l’idée de Elle Care ?

C’est mon travail à l’hôpital en tant qu’infirmière qui m’a conduit à ce projet. Quand j’ai vu comment les effets secondaires du traitement du cancer se manifestent sur le corps et plus particulièrement sur le visage des femmes. Pourquoi le visage des femmes, parce que notre féminité est dans nos cheveux, nos sourcils etc. Les femmes atteintes de cancer qui ont subi des traitements par chimiothérapie, souvent, elles perdent leurs cheveux, cils, sourcils… Tout ce que caractérise leur personnalité au niveau du faciès a disparu. Et si en plus c’est par exemple un cancer du sein et qu’on fait une mastectomie, c’est trop.

Moi, ça m’a touché car je suis très féminine, très coquette, j’aime prendre soin de moi, me maquiller, me coiffer et changer de coiffure au gré de mes envies, me raser la tête aussi ça m’arrive. Le fait que je sois coiffeuse et maquilleuse en parallèle m’a fait dire qu’il faut faire quelque chose. Les traitements contre le cancer sont longs, en plus des effets connus, il y en a d’autres dont on parle moins, à l’intérieur du corps, perte de poids, biologique, nausées et vomissements. Je me suis dit à mon petit niveau, si je peux faire quelque chose, ne serait-ce que sur la partie extérieure ce sera déjà ça. L’idée ici est vraiment d’oublier tout le coté médical car ces femmes en ont marre et de se concentrer sur l’aspect beauté dans un endroit neutre. Ces femmes vivent le même combat, l’idée est aussi de les réunir pour faire des ateliers en groupe où elles prendront soin d’elles elles-mêmes.

Il y a trois ateliers principaux :   

Auto-maquillage. Une maquilleuse, moi ou une autre (créer de l’emploi), montrera à ces femmes comment se maquiller, comment redessiner un sourcil, comment se faire un teint naturel, comment illuminer le visage.

Soins du visage. On leur proposera des produits écologiques, simples, et où il y a le moins de toxicité possible pour leur peau, de manière à ce qu’elles puissent faire leurs soins du visage ensuite avec de bons gestes. On leur donne les outils ensemble pour qu’elles prennent soin d’elles-mêmes.

Confection de perruques où elles confectionneront leur perruques elles-mêmes. Quand j’ai vu les perruques médicales, je les ai trouvé horribles. C’est dommage car les cheveux sont naturels mais on voit tout de suite que c’est une perruque. J’ai déjà une professionnelle sous la main qui vient tout droit des États-Unis. Elles choisiront elles-mêmes les extensions capillaires avec des partenaires que j’ai choisis. Et l’animatrice va les guider à confectionner leur perruque.

Les femmes seront en groupe, car ces ateliers prennent quelques heures. Elles vont pouvoir rire, échanger, discuter, penser à autre chose, essayer leur perruque.

Tu fais un Crowdfunding en ce moment, c’est quoi ?

La première fois que j’ai postée le projet sur les réseaux sociaux, il a suscité énormément de réactions et d’intérêts. J’en étais même choquée. Je ne m’attendais pas à ça, surtout sur LinkedIn. Je disais à mon mari, pince-moi est-ce vraiment réel tout ça. J’ai eu plus d’un million de vues en très peu de temps, plusieurs messages, plus de quatre mille. Et dans ces messages, la plupart voulaient faire quelque chose. Les gens proposaient leurs services, voulaient faire du bénévolat, servir de chauffeur etc.

Un couple qui travaille dans l’hôtellerie de luxe m’a offert des meubles et de faire ma déco dès que j’ai un local gratuitement. Ça m’a énormément encouragé et touché et j’ai pensé à faire une campagne de crowdfunding pour permettre aux personnes intéressées de participer directement à ce beau projet.

Cite-nous une de tes plus grandes réussites ?  Un de tes plus grand échecs  et comment tu l’as surmonté.

C’est vrai que le projet est très beau et grand mais pour moi, la plus grande réussite de ma vie ce sont mes trois enfants. Les enfants, c’est ma vie, c’est ma chair, c’est mon sens. Ils me le rendent bien. Parfois c’est fatiguant ce n’est pas tout beau tout rose tout le temps mais c’est un bonheur pour moi. Ils travaillent très bien à l’école et ont de bonnes notes.

Un échec, j’y pense et c’est horrible.

Il faut savoir que quand je commence quelque chose j’aime bien aller jusqu’au bout et surtout j’aime réussir e que je fais. Il y a quelques années, j’ai participé à une émission de télé-réalité de coiffeur amateurs. Le principe est de prendre quelques coiffeurs et d’organiser un concours, un peu comme dans le meilleur pâtissier. Ils ne sont pas diplômés. Je l’ai fait pour savoir si ce que ma famille me disait était objectif.

Pour la première semaine, il y a deux épreuves dont une coiffure de star, avec photo à l’appui qu’on devait reproduire mais avec une touche personnelle. Et une épreuve dont les tresses. Celle-là je l’ai gagné haut la main. La deuxième épreuve était un chignon avec la photo de Beyoncé. Je l’ai fait aussi magnifique, je t’enverrai les photos. Chaque semaine, le jury déterminait le coiffeur de la semaine. Et là, première émission, première semaine, j’étais la coiffeuse de la semaine ; j’étais trop heureuse.

Ensuite, on continue le tournage pour la deuxième émission. Sur les réseaux sociaux, tout le monde parle de Sandrine et tout… Dans cette émission, il avait à nouveau une épreuve sur un chignon, et là flop total. Je ne sais pas bien ce que s’est passé mais un ratage total. J’ai raté ma coiffure, c’était une catastrophe. C’était terrible, je venais pour gagner. Rater sur un chignon en sachant que la première épreuve j’avais un magnifique, c’était très difficile. Je pleurais, je n’étais pas bien du tout. Pour le surmonter, mon mari m’a amené courir ou j’ai fait un parcours ou je montais et descendais les marches pour évacuer la colère.

Poser les bonnes questions pour obtenir les bonnes réponses

Mais après, j’ai réfléchi, je me suis remise en question et me suis posée les bonnes questions pour comprendre pourquoi j’avais raté ce chignon. J’en suis arrivée à la conclusion que faire un chignon ce n’est pas juste prendre les cheveux et les attacher ensemble. Un chignon, ça s’organise. Il y a des étapes qu’il faut faire pour ne pas le rater. Il y a des compartiments à réaliser avant. Il faut visualiser sa coiffure avant de la faire. Je ne m’étais pas préparée en amont. J’avais pensé faire une chose différente de la première fois, mais je ne m’étais pas organisée. Cet échec m’a permis d’apprendre que pour réussir, il faut s’organiser.

Cite-nous 5 de tes valeurs ?

Le respect est indispensable

L’amour, pour soi, pour autrui

L’authenticité, être vrai, y a rien de mieux que d’être soi-même.

L’honnêteté,

La loyauté.

Quelle femme t’inspire

C’est peut-être bateau mais c’est ma mère. J’ai perdu mon père à 13 ans, et ma mère s’est toujours battue pour nous (7 enfants). Elle a toujours fait passer notre bonheur avant le sien. Et elle est entrepreneure.  Un de mes frères et deux de mes sœurs sont entrepreneurs aussi dont une en phase de  création d’entreprise. C’est de famille, cette fibre entrepreneuriale, elle vient de notre mère. Elle a toujours vendu, tout ce qu’elle touchait, elle le vendait. Elle a commencé à vendre du prêt-à-porter chez nous en Centrafrique. Je l’ai toujours vu vendre et faire du business. C’est mon inspiration.

 Quel conseil donnerais-tu à une jeune entrepreneure qui se lance ?

Je dirai, qu’il faut faire quelque chose qu’on aime. Car quand on fait quelque chose qu’on aime, ça ne coute pas au final. Parce que souvent les messages que je reçois c’est mais comment tu fais avec trois enfants en plus. Moi j’en ai qu’un et c’est dur… Il faut savoir qu’en plus de Elle Care, je fais de la musique, je joue du piano, je chante, bref je fais beaucoup de choses. Je suis très active. Et on me dit mais comment tu y arrives.

Le secret c’est d’aimer ce qu’on fait. Ainsi, même si cela nous prend des heures, des nuits de sommeil, on ne le voit pas car on aime, et on n’a pas l’impression que c’est difficile. Bon le corps à un moment donné réclame ses droits et va te dire stop j’ai besoin de repos mais voilà ! Il faut aimer ce qu’on fait, ça aide.

martineinackthieulin

martineinackthieulin

« Un costume de super héroïne ou super héros donne des pouvoirs insoupçonnés »
Fatoumata Sidibe, la voix d’une rebelle

Fatoumata Sidibe, la voix d’une rebelle

Des rues de Bamako au parlement Bruxellois en passant par le militantisme à travers l’association « Ni Pute Ni Soumises ». Femmes plurielle, Fatoumata Sidibe est militante, journaliste, politique, artiste peintre, actrice, et écrivaine. Le droit à l’égalité est...

Laurence Lascary, De l’Autre Coté du Périph

Laurence Lascary, De l’Autre Coté du Périph

Entrepreneuse, cheffe d'entreprise, productrice de cinéma et fondatrice de la maison de production De l'Autre Coté du Périph, Laurence Lascary se bat pour l'égalité et la diversité au cinéma. Son parcours Laurence Lascary est une Guadéloupéenne qui a grandi à Bobigny....

0 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :