VISUALIZE, CREATE, WEAR, IMPACT

10 août 2020

Découvrez votre style

Découvrez votre style

La revendication révolutionnaire

Je me rappelle d’un temps où être africaine, était une identité difficile à accepter dans un monde occidentale. Je vous ai déjà parlé, dans un article précédent, que j’avais honte de voir ma mère porter le boubou. Moi-même je n’assumais pas la texture naturelle de mes cheveux, mon teint plus foncé, mon corps courbé, mon nom de famille composé, et j’en passe.

Aujourd’hui la donne a changé, une des plus grandes pop star de notre ère revendique son « blackness », la musique afro est devenue mainstream, le retour au naturel est popularsé, on porte nos tissus , noms et origines avec fierté.

Je ne vais pas vous mentir que j’ai un sentiment mitigé avec cette nouvelle « black revolution » moderne. Est-ce sincère ou un effet de mode ?

1. Mouvement Underground

Pour ceux qui croirait que le réveil du peuple afro-descendant est récent, détrompez-vous ! La révolte, revendication, indignation, et conscientisation, se faisait déjà depuis des siècles.

Contrairement à ce qu’on nous a appris, l’esclavage n’était pas un asservissement passif de nos aïeux. Nos ancêtres se sont battues, ont crées diverses techniques d’évasions, ont même fait la guère pour conserver leur authenticité.

Même s’il y a eu une endoctrinement majeur qu’on subi encore jusqu’à ce jour, il y a aussi toujours eu un mouvement « underground » de révolte.

Aujourd’hui le « underground » est devenue « mainstream ».

2. Tendance ou conscientisation ?

C’est là, la vraie question que je me pose. Qui dit « mainstream » dit à la mode, connu et suivi par tous.

Récemment on a vu une révolution mondiale par les manifestations #blacklivesmatter, le monde entier s’est mis debout pour s’opposer au racisme antinoir. A défaut de paraître sceptique, je me suis posée la question si ceci était sincère ou juste un effet de mode.

On a remarqué que certaines personnes qui n’ont jamais eu le courage de s’indigner , devenaient du jour au lendemain des révolutionnaires modernes. Les idées venant des mouvements conscients undergrounds étaient d’un coup réutilisés et popularisées par les mêmes personnes qui les ridiculisaient.

Bref, certains y verront une unification des peuples d’autres y verront de l’hypocrisie. La question qu’on doit se poser c’est; Concrètement dans la vie de tous les jours, quels sont les actes posés qui appuient cette soudaine prise de conscience ?

3. A new lifestyle

Alors bien evidemment je ne peux pas mettre tout le monde dans le sac des hypocrites. Je sais que pour certains, ces dernières révoltes ont été comme une giffle qui à boulversé leur façon de vivre. Il y a tout de même eu une prise de conscience au niveau de la consommation.

Je pense qu’une des choses qui à pris le plus d’envergure est le « buy black ». Malheureusement dans notre communauté africaine, il a toujours été difficile de trouver le soutien de ses semblables dans la création et le développement de son entreprise.

Le fameux endoctrinement dont je parlais ci-dessus est une des raisons principales pour laquelle on a toujours au une certaine méfiance de consommer chez des entrepreneurs afro- descendants.  Beaucoup se disaient qu’en consommant chez l’occidentale, le produit est de meilleur qualité. L’idée du « white is right » est un concept difficile à déconstruire de la mentalité africaine.

Mais grâce à cette nouvelle conscience qui s’installe chez les africains, on commence à comprendre qu’investir en soi est la première étape vers l’indépendance .

4. La mode à l’africaine

Ayant une marque (KEIKO ) dont je suis la créatrice de mode, j’ai éprouvé, en Belgique, beaucoup de difficultés à faire valoir mes créations au consommateur. Bien souvent, les gens aiment ce qui est connu, tendance, porté par tous. Hors que quand on achète chez un petit créateur, on va vers l’exclusivité, le « one of a kind » .

Ces dernières années on a vu que le wax (même si c’est hollandais et non africain) a pris de l’envergure dans le monde de la mode. Même les grands créateurs ont commencé à l’intégrer dans leurs collections.

Du coup le port du wax est normalisé, les stylistes africains sont de plus en plus mis en avant et les tissus authentiques africains sont intégrés non seulement dans l’habillement mais aussi le mobilier et décoration.

De plus, plusieurs e-shop, marchés, conférences, concerts et évènements regroupant des artistes afro-descendants, voient le jour et prennent de plus en plus d’envergure.

Les stars permettent de mettre la lumière sur des marques inconnus au grand publique.

Beyoncé fait partie de ces personnalités qui a utilisé sa plateforme pour propulser des créateurs afro-descendants en créant une plateforme « Black Parade » sur son site officiel qui regroupe les « black artists » mais aussi en mettant la main d’œuvre africaine en avant en portant des pièces uniques de marques afros.

5. Une nouvelle représentation de soi

Alors pour moi cette nouvelle ère de « black consciousness » a sa place et est nécéssaire mais le problème des tendances est qu’elles viennent et elles repartent après une saison.

La question qu’on doit se poser c’est, comment faire perdurer cette engouement, comment rendre un effet de mode, un style de vie quotidien ? Comment porter sa pière à l’édifice afin d’incarner à 100% les hashtagg qu’on écrit en fin de citatation ?

Pour ma part, c’est d’investir en soi, de s’instruire, créer et partager afin de représenter une nouvelle image de ce que veut dire être noire.

 

Beyoncé dit que « Black is King » était une façon de créer un nouveau paradigme autour du mot noire, de démontrer la richesse de la terre, culture, de l’art et la conscience africaine qui a été démoniser pendant des siècles.

Pour ceux pour qui cette conscientisation est neuve, l’ère dans laquelle on vit peut être une énergie  qui vous inspirera à renouveler votre vision de qui vous êtes et comment vous vivez.

 

Marie-Laure Kuliralo

Marie-Laure Kuliralo

En tant que styliste, créatrice de mode et conseillère en image pour KEIKO, j’assiste les femmes à la découverte de soi, pour qu’elles puissent porter leur personnalité en tant que vêtement quotidien. En harmonisant leur image intérieur et extérieur, elles révèlent leur identité par leur image. Instagram : @keiko_collections
J’ai peur et c’est ok

J’ai peur et c’est ok

La peur   En ce moment, je vis des moments très difficiles. Le résultat de plusieurs choses, dont la façon dont j'ai été conditionnée. J'ai entendu beaucoup de choses qui n'étaient pas moi, mais que j'ai voulu embrasser car "tout le monde fait comme ça." Si tu...

3 Commentaires

  1. Avatar

    J’ai un autre son de cloche sur la FICTION de Disney Black is King. Je vous invite à l’écouter ici:

    Réponse
    • martineinackthieulin

      Merci Liya pour ton partage !

      Réponse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :