VISUALIZE, CREATE, WEAR, IMPACT

28 mars 2020

Les soins capillaires, une histoire qui nous relie au passé.

Découvrez votre style

Découvrez votre style

Initié dés la petite enfance

En tant que femme africaine, j’ai grandi dans une culture où prendre soin de ses cheveux faisait partie de l’éducation. Dés mes 3 ans j’adoptais tous genres de coiffures aussi différentes que les autres.

J’ai encore le souvenir douloureux de ma mère qui posait le défrisage sur ma petite tête afro. Je regardais plein d’espoir la petite fille aux cheveux lisses sur la boite de « PINK » en espérant lui ressembler après avoir retiré ce produit qui me brûlait le cuir chevelu.

Heureusement que ça c’était avant ! En grandissant j’ai appris à m’aimer au naturel. Aujourd’hui c’est une fierté pour moi d’arborer ma crinière car je sais comment en prendre soin. Après avoir fait des recherches sur le cheveu afro, j’ai découvert que notre amour pour les soins capillaires est une histoire qui nous ramène à nos ancêtres en Ancienne Egypte.

1. La femme coquette

Il faut savoir que la femme Egyptienne portait une grande importance à son physique. Elle était déjà adepte des soins du corps comme l’épilation et les bains corporels. Elle s’ornait de bijoux et cristaux et concoctait des élixirs de beautés.

La chose qu’elle valorisait le plus était ses cheveux !

2. Les cheveux, un signe d’appartenance

A cette époque arborer une certaine coiffure en disait long sur votre statut social et politique. C’était une réelle expression identitaire.

Les hommes et femmes les plus nobles optaient pour des extensions « Human Hair » qu’ils ornaient de bijoux. Lors de cérémonies et fêtes, ils créèrent des coiffures spécifiques pour se distinguer du peuple ordinaire.

3. La magie des cheveux

La femme africaine est une réelle magicienne lorsqu’on regarde tout ce qu’elle peut faire avec sa chevelure. On pourrait dire que cela fait partie de son ADN.

Ceci est vraiment le cas car ses ancêtres arboraient déjà les extensions comme les tresses, twists et perruques ainsi que les boucles et lissages.

 

La coiffure de prédilection pour les femmes et les hommes était la perruque. Ils allaient jusqu’à s’enterrer avec celle-ci. La graisse animale servait de gel pour la préserver le plus longtemps possible après la mort.

De leurs vivants, ils entretenaient les perruques avec de la cire d’abeille, du parfum et la conservaient dans une boîte spécialement conçue pour celle-ci.

Déjà à cette époque il y avait différentes qualités de mèches; Le cheveu humain, qui était la meilleure qualité, suivi du cheveu de mouton et le cheveu végétal qui était pour ceux qui avaient moins de moyens.

Vous comprenez que la profession de coiffeur était un métier noble pour lequel les gens avaient beaucoup d’estime.

3. Le soin au naturel

Même si la perruque était portée par tous, ils ne négligeaient pas la chevelure qui se cachait en dessous.

Les Égyptiens étaient des grands savants et mettre la nature au service de leur bien-être et beauté faisait partie de leur style de vie.

Aujourd’hui nous avons pris connaissance des dangers des produits cosmétiques chimiques qui nuisent à notre santé et sommes revenues au « DIY » fait maison. Cette pratique avait déjà bel et bien sa place en Egypte ancienne.

Ils utilisaient le henné pour les colorations.

La graisse animale en tant que gel mais aussi pour contrer la chute des cheveux.

Les huiles essentielles pour stimuler la pousse.

L’argile pour les masques capillaires.

 

Vous avez compris que la fascination que la femme africaine a pour les cheveux datte depuis des millénaires. Le soin capillaire est une tradition qui restera transmise de générations en générations.

Tu souhaites tester quelque chose de différent et adopter la perruque? Je te conseille les services de MAANI LACE qui est une pro dans ce domaine.

Si tu optes plus pour les coiffures protectrices, contacte IG COIFFURE qui maîtrise les nattes, tresses, twists, crochets etc.

Finalement si tu recherches quelques idées pour styliser tes cheveux je t’en propose ICI .

Marie-Laure Kuliralo

Marie-Laure Kuliralo

En tant que styliste, créatrice de mode et conseillère en image pour KEIKO, j’assiste les femmes à la découverte de soi, pour qu’elles puissent porter leur personnalité en tant que vêtement quotidien. En harmonisant leur image intérieur et extérieur, elles révèlent leur identité par leur image. Instagram : @keiko_collections
Black is King

Black is King

La revendication révolutionnaire Je me rappelle d’un temps où être africaine, était une identité difficile à accepter dans un monde occidentale. Je vous ai déjà parlé, dans un article précédent, que j’avais honte de voir ma mère porter le boubou. Moi-même je...

0 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :